La saisie de la glace s'est avérée utile pour les clients qui ont tendance à s'automutiler. La glace permet un stimuli physiologique ou un choc au corps qui engage des centres de sensation dans le cerveau similaires à ceux engagés dans la coupure, la brûlure, etc.

Bien que mon modèle en cinq phases soit basé sur des théories et des compétences fondamentales en matière de counseling, je le propose ici comme un guide pour conseiller les clients qui ont été victimes d'agression sexuelle.

Le temps passé dans cette phase varie généralement d'une à trois séances selon les antécédents de traumatisme du client, la présentation et le confort avec la thérapie, et l'évaluation des besoins de base du client.

Pour créer un environnement favorable et sûr, j'utilise le langage du client, je me concentre sur des réflexions appropriées et précises et je permets au client d'émouvoir sans trop d'intervention de ma part.

Je termine l'évaluation pour me concentrer davantage sur les antécédents liés au traumatisme, à la fois spécifiques au traumatisme sexuel et au traumatisme complexe (tout incident antérieur lié au traumatisme qu'un client identifie comme ayant subi).

Cet objectif est utile pour évaluer la résilience du client, obtenir un aperçu du seuil de stress d'un client et obtenir une conscience accrue des modèles cognitifs inadaptés potentiels que le client pourrait posséder en relation avec des situations ou des traumatismes actuels.

La phase 1 consiste également en une orientation psychoéducative qui contribue à accroître la confiance du client dans la poursuite et le maintien des services de thérapie.

Après avoir terminé l'évaluation psychosociale, j'inscris l'évaluation dans le dossier du client pour l'examiner plus tard dans le processus thérapeutique et je lui fournit des documents liés au traumatisme sur les réponses normatives qui peuvent être ressenties dans toutes les facettes du fonctionnement du client (cognitif, émotionnel, physique , mental, social, etc.) À ce stade, je guide le client à travers une liste de contrôle des symptômes de traumatisme qui comprend des questions liées aux émotions, au comportement et à la cognition.

Dans la phase 2, j'encourage les clients à faire une pause dans notre concentration immédiate sur le traumatisme sexuel et à explorer plutôt leurs forces perçues.

Cette phase s'écarte légèrement des autres thérapies axées sur les traumatismes en offrant aux clients du temps alloué pour s'engager dans une exploration intrapersonnelle distincte de leur traumatisme.

J'explique souvent la différence entre l'empathie et la sympathie pendant cette phase pour aider les clients à identifier ce qui s'est senti le plus favorable et quand.

Dans cette phase, j'encourage les clients à avoir une vision plus positive de soi et de la confiance en soi et à la capacité de rechercher le soutien de personnes qui peuvent le fournir.

En phase 3, j'explore le traitement cognitif des clients.

Au cours de cette phase, je me souviens de l'évaluation initiale (récit initial du traumatisme récent) et je travaille avec les clients pour identifier comment ils racontent leur histoire et décrivent leur fonctionnement actuel.

L'espoir est que les clients reconnaîtront alors le potentiel de leurs systèmes de soutien et, intégrant une confiance en soi accrue de la phase précédente, se sentiront à l'aise pour transmettre et obtenir un soutien plus efficace et efficient de la part d'amis et de membres de la famille.

Je sépare volontairement cela de la phase cognitive et je la fais suivre parce que j'ai trouvé qu'il y a des réponses émotionnelles résiduelles et intenses qui l'emportent souvent sur les capacités des clients à rationaliser ou à s'apaiser.

Les clients ayant un traumatisme complexe ou un manque de capacités d'adaptation efficaces rapportent souvent un engourdissement, un sentiment de déconnexion de leur corps, des réactions d'anxiété intenses et apparemment incontrôlables et des comportements d'automutilation ou d'automédication sous diverses formes.

Dans cette phase, j'utilise principalement des interventions basées sur la Gestalt pour aider les clients à mieux comprendre la communication corps-esprit en ce qui concerne la réponse émotionnelle.

Je demande aux clients de me guider à travers un épisode récent lié à un traumatisme, en leur demandant de se concentrer sur ce qu'ils ont ressenti corporellement par opposition à émotionnellement ou cognitivement.

C'est à ce stade du processus thérapeutique que les clients affichent et déclarent eux-mêmes des réponses émotionnelles et cognitives plus stables au stress et une utilisation plus efficace des habiletés d'adaptation saines.

Ces mêmes clients se sont engagés dans le travail de traumatologie plus tôt dans le processus thérapeutique que nos clients ont été traités sans le modèle en cinq phases.

Les principes de ce modèle comprennent des compétences d'évaluation efficaces, une concentration sur les antécédents du client et les traumatismes complexes, l'autonomisation et l'encouragement des clients, une approche basée sur la force empathique et l'incorporation d'interventions basées sur la TCC / REBT et la Gestalt.


La source: Conseiller les survivants d'agression sexuelle